Livres

Ouvrages de base que tout combattant NS de doit d’avoir lus.

L’important n’est pas d’accumuler des quantités de connaissances idéologiques mais de comprendre les principes simples et naturels de notre combat et de les appliquer à notre existence individuelle et en groupe.

Une fois sur Mega, cliquez sur le bouton gris « download through your browser ».

Les 88 Préceptes

David Lane

88

Lien fichier .PDF

« Une compréhension plus profonde des lois fondamentales qui gouvernent les affaires des hommes est nécessaire, si nous voulons sauver la Civilisation des usuriers qui sont entrain de la mettre à mort. Ce qui suit ne prétend pas fournir un mode de gouvernement détaillé, mais des préceptes qui, bien compris, serviront et préserveront les membres de notre Peuple, en tant qu’individus et en tant que Nation. »  David Lane

Programme du Parti Ouvrier Allemand

Futur NSDAP

POA

Lien fichier .PDF

« Le programme du Parti Ouvrier Allemand est un programme historique. Lorsque les objectifs fixés seront atteints, ses guides n’en détermineront pas d’autres dans le seul but de permettre, par un maintien artificiel de l’insatisfaction des masses, la permanence du Parti. »

Croire et Combattre

Pour les Hommes de la Schutzstaffel de Peuplement Germanique du Sud-Est

Glauben un Kämpfen

Lien fichier .PDF

« Doctrine raciale SS et directives pour la sélection d’une compagne » est directement traduit de la publication SS originale « Glauben un Kampfen », dont le sous-titre nous démontre qu’il s’agissait d’une publication destinée aux hommes de la SS des communautés ethniques germaniques du sud-est de l’Europe. L’ouvrage initial contenait quatre chapitres. Le premier s’intitulait « Les lois fondamentales de la vie dans le respect de notre conception du monde » (Die Lebensgesetzlichen Grundlagen unserer Weltanschauung); le second chapitre relatait la vie d’Adolf Hitler et du mouvement national-socialiste; le troisième chapitre traitait de l’histoire allemande et le quatrième dressait un historique de la Schutzstaffel

Les Carnets de Turner

Andrew Macdonald (Dr. William Luther Pierce)

Lien fichier .PDF

Roman d’anticipation au sujet d’un groupe de résistants Nationalistes blancs. Avant-propos: Il existe une telle somme de littérature consacrée à la Grande Révolution, y compris les mémoires de quasiment toutes les personnalités qui survécurent dans la Nouvelle Ere, qu’un autre ouvrage concernant les événements et les circonstances de ces temps de bouleversement cataclysmique et de renaissance, peut désormais sembler superflu. Cependant, Les Carnets de Turner donnent une vision d’une grande perspicacité sur le fond de la Grande Révolution, qui est exceptionnellement valable pour deux raisons: 1) C’est un rapport parfaitement détaillé et continu sur une portion de la lutte, durant les années précédant le point culminant de la Révolution, rapporté tel que cela c’est déroulé, jour après jour. De cette manière, on évite les travers de la distorsion rétrospective. Bien que les journaux personnels d’autres protagonistes de cet important conflit existent, aucun d’entre eux n’a été publié à ce jour en fournissant un compte-rendu aussi précis et minutieux. 2) Il est écrit du point de vue d’un militant de base de l’Organisation qui, même s’il souffre d’une myopie occasionnelle, est un document totalement franc. Différent des comptes rendus de quelques leaders de la Révolution, son auteur n’avait pas les yeux dans sa poche lors de cette histoire, comme il l’écrit lui-même. Au fil des pages, nous acquérons une meilleure compréhension par rapport à n’importe quelle autre source. Cela tient probablement au fait qu’il s’agisse des véritables réflexions et des sentiments exprimés par ces hommes et ces femmes qui combattirent et se sacrifièrent pour sauver notre race. Dans ces temps de grand péril, ils furent ceux qui nous conduisirent à la Nouvelle Ere. Earl Turner, l’auteur de ces carnets, est né en 43 ANE (Avant la Nouvelle Ere) à Los Angeles. C’était alors le nom d’une vaste métropole de la côte ouest du continent Nord Américain au cours de l’Ancienne Ere, qui incluait les actuelles communautés d’Eckatsville et de Wesselton, ainsi que la vaste campagne environnante. Il a grandi dans la région de Los Angeles et a reçu une formation d’ingénieur en électricité. Après ses études il s’est installé près de la ville de Washington, qui était alors la capitale des Etats-Unis. Il y fut employé par une compagnie de recherche sur les composants électroniques. Son engagement débuta au sein de l’Organisation en 12 ANE. Quand son manuscrit commence, en 8 ANE (1991 selon l’ancienne chronologie), Turner avait alors 35 ans et était célibataire.

L’Ordre SS

Éthique et Idéologie

Edwige Thibaut

Lien fichier .PDF

« Qui était cette SS et, plus spécialement, la Waffen-SS ? Qu’en sait-on ? Que peut-on en savoir ? Telle est la mission que, bravant la légèreté du siècle, Edwige Thibaut a eut l’énergie d’affronter. Cette véritable encyclopédie de la SS eut pu rester à moisir, à jamais, dans un tiroir. Voici qu’un éditeur audacieux en risque aujourd’hui la publication, malgré l’énormité de son contenu. En réalité, jusqu’à présent, malgré qu’on lui eut consacré des milliers de livres, la SS est peu connue, mal connue, a été souvent défigurée par des accusations sommaires, proches du ridicule ou de l’odieux. La Waffen-SS, son émanation la plus fameuse, fut la formation politico-militaire la plus extraordinaire. Elle arriva à compter, au cours de la Seconde Guerre mondiale, un million de volontaires, accourus de vingt-huit pays différents. Tous ces garçons étaient venus d’eux-mêmes offrir leur vie (402.000 sont morts au combat) pour une cause qui avait happé chaque parcelle de leur vie physique et de leur volonté. Tout cela ne s’était pas produit tout seul. Les SS n’étaient qu’une poignée au début de l’hitlérisme. Il avait fallu qu’une foi énorme les envahit puis les consuma pour que s’épanouisse ce don absolu, cette discipline libre, totale, et la conviction souveraine qu’ils apportaient au monde un type d’homme nouveau. Qui était cet homme nouveau? Qu’était son message? Où retrouver les témoignages, transcrits au moment même, de cette volonté de création d’un univers (la Weltanschauung), où tout serait recréé, régénéré ? La réponse, ce livre l’apporte. Grace à lui on saura enfin ce qu’était la SS et ce qu’elle eut pu donner à l’homme et au monde si ses runes victorieuses eussent marqué définitivement l’univers. Dans la cathédrale qu’est cet ouvrage bâti par Edwige Thibaut, il y a tout. On sait, après avoir étudié cette encyclopédie, ce que, chaque jour, pendant des années, avaient exposé les guides spirituels de la SS – des esprits brillants comme des cerveaux modestes. Edwige Thibaut a repris, page par page, l’essentiel de leurs travaux, conçus en pleine action, dans la chaleur et la lumière des événements. » Léon Degrelle

Mein Kampf

Adolf Hitler

S-055b

Lien fichier .PDF

« Le 1er avril 1924, le Tribunal populaire de Munich ordonnait mon incarcération à Landsberg-am-Lech. Pour la première fois, après des années de travail incessant. J’avais ainsi la possibilité de m’adonner à un ouvrage que beaucoup me pressaient d’écrire et que je sentais moi-même opportun pour notre cause. Je me suis donc décidé dans ces deux volumes, à exposer non seulement les buts de notre mouvement, mais encore sa genèse. Un tel ouvrage sera plus fécond qu’un traité purement doctrinaire. De plus, j’avais ainsi l’occasion de montrer ma propre formation, pour autant que cela est nécessaire à la compréhension du livre, et que cela peut servir à la destruction de la légende bâtie autour de ma personne par la presse juive. Je ne m’adresse pas ici à des étrangers, mais à ces partisans du mouvement, qui lui sont acquis de coeur et dont l’esprit cherche maintenant une explication plus approfondie. Je n’ignore point que c’est par la parole beaucoup plus que par des livres que l’on gagne les hommes: tous les grands mouvements que l’histoire a enregistrés ont dû beaucoup plus aux orateurs qu’aux écrivains. Il n’en est pas moins vrai qu’une doctrine ne peut sauvegarder son unité et son uniformité que si elle a été fixée par écrit, une fois pour toutes. Ces deux volumes seront les pierres que j’apporte à l’édifice commun. Le 9 novembre 1923, à midi et demi, devant la Feldherrnhalle et dans la cour de l’ancien Ministère de la Guerre, les hommes dont les noms suivent tombèrent pour leur fidèle croyance en la résurrection de leur peuple: ALFARTH Félix, commerçant, né le 5 juillet 1901. BAURIEDL Andreas, chapelier, né le 4 mai 1879. CASELLA Theodor, employé de banque, né le 8 août 1900. EHRLICH Wilhelm, employé de banque, né le 10 août 1894. FAUST Martin, employé de banque, né le 27 janvier 1901. HECHENBERCER Ant., serrurier, né le 28 septembre 1902. KORNER Oskar, commerçant, né le 4 janvier 1875. KUHN Karl, sommelier, né le 26 juillet 1897. LAFORRE Karl, élève ingénieur, né le 28 octobre 1904. NEUBAUER Kurt, domestique, né le 27 mars 1899. PAPE Claus (von), commerçant, né le 16 août 1904. PFORDTEN Theodor (von der), conseiller au Tribunal régional supérieur, né le 14 mai 1873. RICKMERS ]oh., capitaine de cavalerie, né le 7 mai 1881. SCHEUBNER-RICHTER Max-Erwin (von), Dr, ingénieur, né le 9 janvier 1884. STRANSKY Lorenz-Ritter (von), ingénieur, né le 14 mars 1899. WOLF Wilhelm, commerçant, né le 19 octobre 1898. Les autorités nationales refusèrent, après leur mort, une sépulture commune à ces héros. A leur mémoire commune je dédie le premier volume de cet ouvrage, afin que leur martyre rayonne constamment sur nos partisans. »

Landsberg-a.-L., Maison d’arrêt, le 16 octobre 1924. Adolf HITLER

Les Protocoles des Sages de Sion

Matthieu Golovinski

Traduction: Roger Lambelin

lambelin_protocols_sion

Lien fichier .PDF

« Février 1925. Depuis tantôt quatre ans que fut publiée la première édition de cette traduction de la version russe de 1912, les Protocoles ont fait couler des flots d’encre. De nouvelles traductions parurent notamment dans un des pays où le péril juif semble le plus avéré – en Roumanie – et les discussions se poursuivirent dans la presse pour tâcher de percer les voiles mystérieux qui enveloppent ce document si ardemment étudié et commenté. Du côté chrétien parurent, en 1922, une étude fort intéressante de Mgr. Jouin, sur les Protocoles de G. Butmi, d’après l’édition de 1901, et un ouvrage historique de Mrs. Nesta Webster où l’Illuminisme de Weishaupt est présenté, avec citations à l’appui, comme l’une des sources des doctrines et des méthodes exposées dans les Protocoles. Du côté juif et philo-sémite, tout fut mis en oeuvre, en France, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Allemagne, pour tâcher d’enlever au fameux document la valeur, l’autorité, qu’il tenait de son texte même. MM. Salomon Reinach, Lucien Wolf, Zangwill et une pléiade d’écrivains qui n’étaient pas tous juifs, s’appliquèrent à démontrer qu’il ne fallait pas attribuer à Israël l’éclosion du bolchevisme russe, et les hypothèses les plus variées furent émises sur l’origine d’un pamphlet dont l’auteur ne pouvait être qu’un agent de la police tsariste, désireux de provoquer des pogroms. Cependant, en raison de leur nombre, et de l’absence de preuves susceptibles de les étayer, les hypothèses ne semblaient guère vraisemblables. Le comité de presse institué par les organisations juives de Londres pour combattre ce qu’on appelait « un nouvel antisémitisme » était à bout de souffle quand, soudain, le Times annonça une mirifique découverte. C’en était fini du mystère cachant l’origine des « Protocoles ». Le pamphlet était bien un faux, une forgery ; Israël pouvait se réjouir, remercier Jéhovah : ses ennemis étaient confondus, pulvérisés… En trois articles, parus dans ses numéros des 16, 17 et 18 août 1921 le Times racontait sa découverte. […] Si le texte des Protocoles porte en soi un enseignement, offre un intérêt puissant et actuel, c’est parce qu’il procède d’inspirations juive et maçonnique et montre de quelle manière les sociétés secrètes, la corruption, le terrorisme peuvent être utilisés par Israël pour réaliser sa domination mondiale. Cette mystérieuse brochure, selon le mot du Morning Post est un « varie mecum des méthodes par lesquelles de grands empires ont été et peuvent être détruits. »

Les Célébrations durant l’Année et dans la Vie de la Famille SS

(Die Gestaltung der Feste im Jahres-und Lebenslauf in der SS-Familie)

Fritz Weitzel

Die Gestaltung der Feste im Jahres- und Lebenslauf in der SS-Familie

Lien fichier .PDF

La traduction française n’est pas encore en .pdf. Le document est une double version ; l’originale allemande, avec une traduction anglaise.

Ce manuel écrit par le Général SS (Obergruppenführer) Weitzel donne les instruction nécessaire à la mise en oeuvre de toutes les célébrations NS au cours de la vie de famille. La signification des symboles et des rituels est expliquée afin de célébrer authentiquement. « La connaissance des traditions de nos aïeux nous met en paix intérieurement ; rester attaché à ces traditions nous donne la direction à suivre et de de la force. »