La Question Raciale aux Etats-Unis d’Amérique, Alfred Rosenberg, Reichsleiter

« Il faut être myope pour continuer à rire de cet éveil. Sous une autre forme, le mythe du sang naît aussi sous la peau sombre. Les vieux « palais » de Tombouctou et du Nil, ne font pas rêver le seul Marcus Garvey, mais avec lui des milliers de nègres. En dépit d’une grande dispersion, des foyers subversifs travaillant consciemment en prévision d’un « empire africain », se créent déjà spontanément en divers endroits. Ainsi en Ethiopie, au Libéria, en Afrique occidentale, ce mouvement racial est partiellement renforcé par un idéal religieux que les nègres doivent aux missionnaires chrétiens, même si ce n’est qu’indirectement. Le « dieu noir » , le « rédempteur noir » et la « vierge noire » sont déjà des idées répandues. Les associations nègres américaines, qui, en plus, ont de l’argent, sont les principales. Le plus extrémiste est le groupe Garvey, puis, apparemment plus modéré, le parti de Dubois et, encore plus prudente, l’association « le nouveau nègre ». En 1925, une ligue de combat contre la race blanche fut fondée : « le champion nègre ». Le dénommé Dubois révéla ses buts : « Aussi sauvage et effroyable qu’ait été cette guerre honteuse, elle n’est pourtant rien en comparaison du combat pour la liberté que l’humanité noire, jaune ou brune mènera contre les blancs aussi longtemps que mépris, insultes et oppressions n’auront pas pris fin une fois pour toutes. La race noire ne se laissera appliquer le traitement actuel qu’aussi longtemps qu’elle y sera contrainte, pas une seconde de plus ». Et Garvey exprime encore plus clairement le désir noir : « Pas deux poids, deux mesures, ce qui est juste pour les Blancs, l’est pour les noirs : notamment la liberté et la démocratie. Si les Anglais ont l’Angleterre, les Français la France, les Italiens l’Italie, ce qui est leur droit, alors les nègres exigent l’Afrique et ils sont prêts à verser leur sang pour cette revendication. Nous voulons établir des lois pour toutes les races nègres et une constitution qui permettra à chacun de prendre en main son destin en homme libre… La plus sanglante des guerres commencera au moment où l’Europe tournera ses forces vers l’Asie ; car il sera temps pour le monde noir de saisir l’épée pour la récupération et la libération définitive de l’Afrique » . Il se peut que la négritude ne représente pas encore une force puissante, mais le mythe du sang s’est éveillé ici aussi et sa force augmentera considérablement dans les cinquante années qui viennent. En attendant, le Nordique doit prendre les précautions nécessaires pour qu’il n’y ait plus chez lui, ni nègres, ni jaunes, ni mulâtres, ni juifs. Cela soulève le problème de l’Amérique du nord. Si la politique raciale s’organise dans les Etats-unis américains, elle se répercutera dans le monde, comme autrefois l’idée de démocratie détermina la vie de presque tous les Etats, en partant du même endroit. Ce pays est le premier Etat dans lequel les « droits de l’homme » maçonniques ont été instaurés. Le frère Washington devint l’archétype de cette tendance et la déclaration américaine d’indépendance, le modèle pour les « droits de l’homme » du soulèvement parisien. Il est vrai que les affaires étaient le seul objectif pris en compte. Mais au nom de ces « droits > , on imposa la libération des nègres dans les Etats sudistes. Aujourd’hui tout Américain maudit cette question noire. Mais il ne peut le faire qu’individuellement car, l’Etat libéral prône toujours la « liberté », même si elle doit être imposée à coups de matraque. Aux Etats-unis d’Amérique, le problème noir est la question primordiale, vitale. Quand on aura enfin abandonné le principe égalitaire absurde et celui de l’égalité des droits de toutes les races ou confessions aussi incohérents, l’attitude à adopter vis-à-vis des jaunes et des juifs s’imposera d’elle-même. Un instinct sain a presque fait disparaître la doctrine démocratique dans la vie sociale, en traçant une frontière raciale. Mais il n’a pu empêcher que des nègres s’approprient la « civilisation », ouvrent des magasins, deviennent avocats, s’organisent politiquement, alimentent leurs caisses communes de grosses sommes grâce à un mode de vie modeste et commencent à rêver consciemment d’un empire du Caire au cap de Bonne Espérance. La législation américaine devrait envisager, et préparer énergiquement, un retour des noirs en Afrique. Après le retrait de la citoyenneté et des droits politiques, l’organisation d’une expulsion planifiée des nègres vers leur continent, augmentant d’année en année, serait sans doute bénéfique à la longue : chaque noir pourrait facilement être remplacé par un blanc et les Etats-unis d’Amérique obtiendraient une bien plus grande unité politique. Dans le cas contraire, les noirs, forts de douze millions aujourd’hui, passeront à cinquante millions à brève échéance et, comme troupes de choc du bolchevisme, ils infligeront une défaite décisive à l’Amérique blanche. Le péril jaune en Californie a également rendu brûlant le problème racial. Géopolitiquement, c’est un exemple du peu d’importance d’une question de droit dans les luttes raciales face au rôle que peut jouer une simple migration de peuple. Le Japon est surpeuplé, les hommes doivent émigrer pour ne pas étouffer. C’est son droit vital. La couche dirigeante de l’Amérique du nord, encore blanche aujourd’hui, a le devoir de défendre son existence et doit protéger ses côtes de l’ouest contre la marée jaune. Or, la question ne peut être réglée sous le régime de l’infâme domination de l’argent qui, précisément, construit son empire financier grâce à la discorde raciale. Le capitalisme sans honneur doit forcément aspirer à la domination mondiale par l’endettement mondial. Mais une délimitation racialo-organique du monde signifie tout aussi forcément la fin de l’étalon-or international et avec lui, la fin du messianisme juif, tel qu’il s’est à peu près incarné dans le règne des banques mondiales et. dans la création d’un centre juif à Jérusalem. La diplomatie de tous les peuples se prépare au choc imminent entre les Etats-unis d’Amérique et le Japon. Et le nègre l’attend déjà impatiemment. Quant à la Chine, il s’agit d’en faire une base de départ ou une couverture de l’arrière. Cette nouvelle guerre mondiale devient inévitable si les Etats ne sont pas constitués sur la base du mythe racial. Il faut que l’Amérique éloigne les jaunes de l’ouest luxuriant : c’est une nécessité vitale qui surpasse tous les autres « droits » écrits. Mais, elle exige aussi la reconnaissance du droit racial du peuple de culture japonaise à exister. Il en résulte, pour un futur Etat blanc nord-américain, qu’il renonce à son droit de propriété sur ses colonies est-asiatiques pour y établir les Japonais californiens. Cela semble irréalisable, car la présence de la flotte américaine aux Philippines est considérée comme la protection du commerce américain en Asie orientale en même temps qu’une tête de pont contre le Japon en cas de guerre. En réalité, elle n’est nécessaire que du point de vue de l’impérialisme économique, mais elle ne sera plus d’une importance vitale lorsque l’Amérique aura éliminé ses éléments racialement étrangers et commencera à s’organiser consciemment dans son immense espace vital entre le Pacifique et l’Atlantique. L’ÉPOQUE DE L’EXPANSION SANS LIMITES A PRIS FIN AVEC UNE GUERRE MONDIALE ET AVEC LA DOMINATION DE L’ARGENT; AUJOURD’HUI COMMENCE LE TEMPS DE LA CONCENTRATION QUI FERA MURIR UN SYSTEME D’ÉTATS ORGANISES SELON LE PRINCIPE DE LA RACE. Tous les philosophes, historiens et hommes d’État doivent adopter cette pensée et travailler à sa réalisation. La notion de peuple est aujourd’hui faussée par la bourse internationale, tandis qu’est attisée la lutte entre les Etats et que toute mesure, toute pensée apaisante est opprimée. Le pacifisme actuel aussi, considéré de ce point de vue, se révèle un mouvement totalement trompeur. Il repose, en effet, sur la reconnaissance de la démocratie, c’est-à-dire pratiquement sur la domination de l’argent. Son discours sur le « désarmement mondial » n’est rien d’autre qu’une mystification pour détourner les peuples de la cause véritable des abcès qui couvrent leur corps. CE N’EST PAS AVEC LE DÉSARMEMENT DE L’ARMÉE ET DE LA FLOTTE QUE DOIT S’ÉTABLIR UNE « PACIFICATION UNIVERSELLE », MAIS AVEC LA DESTRUCTION TOTALE DE LA DÉMOCRATIE SANS HONNEUR, DE LA PENSÉE POLITIQUE DU XIX’ SIECLE IGNORANT LA RACE, DE LA RUINE ÉCONOMIQUE ENGENDRÉE PAR LA FINANCE. Autrement, la décadence de tous les Etats viendra si la religion du sang n’est pas ressentie, reconnue et réalisée dans la vie. Une Amérique épurée, débarrassée de ses noirs, jaunes et juifs, éduquée dans le sens nordico-européen est mille fois plus forte qu’une Amérique désagrégée par ce sang étranger, quelle que soit la grandeur de ses colonies et de ses bases navales. »

Alfred Rosenberg, « Le Mythe du XXème siècle », 1933

Vous êtes libre de publier autant de commentaires que vous voudrez à propos de ce que vous voudrez, anonymement ou pas selon votre choix. Vous pouvez nous demander de retirer des informations que vous auriez publiées par erreur. Si c'est la première fois que vous écrivez un commentaire, il sera soumis à une approbation préalable. Si votre commentaire contient plus de deux liens, il sera soumis à une approbation préalable. La propagande hostile à ce site ou à la défense de la Race blanche ainsi que le pollupostage sont censurés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s