Des Prétendus « Historiens Savants » qui Passent à la TV Française

Source de l’information: NovoPress

Un jour où il voulait particulièrement scandaliser les bourgeois libéraux, Louis Veuillot écrivit contre l’imprimerie : « Plus j’y pense, plus je suis disposé à croire que l’imprimerie a été funeste, non seulement à la moralité, mais à l’intelligence humaine. Elle a été l’arme et le véhicule du doute ; c’est elle qui a a créé l’espèce horrible des demi-savants ».

En réalité, le demi-savant a toujours existé : il n’est qu’une variété de ceux que Pascal appelait les demi-habiles – qui ont juste assez de lumière pour mépriser les opinions du peuple, pas assez pour reconnaître, « par la pensée de derrière », que ces opinions sont fondamentalement saines. Quant à la prolifération des demi-savants comme catégorie sociale, la responsabilité en revient, beaucoup plus qu’à l’imprimerie, à la machine éducative d’État.

La Troisième République, avec son enseignement primaire supérieur et ses Écoles normales, répandit dans tout le pays des nuées de déracinés à brevets, agents zélés de la déculturation, de la dénatalité et du déclin français. Aujourd’hui que l’Éducation Nationale produit avant tout des cohortes d’illettrés, les demi-savants ont gravi des échelons. Pour trouver l’équivalent des primaires supérieurs de 1900, il faut aller chercher dans les premiers cycles universitaires en «sciences humaines et sociales », les Instituts d’études politiques et, bien sûr, les écoles de journalisme.

Le ricanement des demi-habiles

Les demi-savants, du moins quand il est question de leur propre peuple, sont possédés par l’esprit de dénigrement. Ils ont une prédilection pour ce genre particulier d’histoire dissolvante que cultivait la Sorbonne positiviste avant 1914, et que Péguy a magistralement exécuté dans «Langlois tel qu’on le parle » – Charles-Victor Langlois était un grand mandarin de l’Université républicaine. «Le travail, on le sait, consiste à démontrer que les héros et les saints n’existent pas. Si j’avais démontré que Jeanne d’Arc est une gourgandine, M. Langlois trouverait que je suis un grand écrivain ». Les demi-savants ne font pas eux-mêmes le travail, mais ils en dévorent la vulgarisation par les quotidiens de gauche, les magazines à prétentions intellectuelles et les émissions d’Arte. Ils exultent en apprenant que telle bataille fameuse n’a jamais eu lieu, que tel héros était un traître, tel grand homme un maniaque sexuel ou, pire, un raciste. Quelle satisfaction de savoir cela, quel brevet de culture, quelle distinction sur ceux qui l’ignorent encore !

Aussi les demi-savants n’ont-ils pas ménagé leurs ricanements après l’action menée par Génération Identitaire sur le chantier de la mosquée de Poitiers. Un petit vieux bien propre du nom de François Nau, « délégué diocésain de Poitiers », s’est esclaffé devant les caméras de télévision : « 732, qu’en savent-ils ? » À la radio, un certain Thomas Rozec a lourdement daubé, dans un style amphigourique propre à afficher sa supériorité culturelle, sur « la vigueur avec laquelle Génération Identitaire a voulu rappeler la figure tutélaire de Charles Martel et sa victoire à Poitiers, victoire dont l’importance et l’impact sur ce qui n’était pas en réalité une invasion tend [sic] à diminuer à mesure qu’avance la recherche historique ». Il y a deux jours, enfin, Élisabeth Lévy a tranché que les jeunes Identitaires avaient « de la bouillie historique dans la tête. Toute personne ayant dépassé l’école primaire devrait en effet savoir que Charles-Martel-qui-a-arrêté-les-Sarrasins-à-Poitiers relève autant de la mythologie que nos ancêtres gaulois ». On peut s’en tenir là : l’échantillon est suffisant. […]

« Qu’en savent-ils ? » Il y a tout lieu de douter que ces trois personnes qui parlent si haut aient jamais ouvert les Monumenta Germaniae Historica. Mme Lévy, nous apprend Wikipedia, a fait Sciences-Po et raté le concours de l’ENA. Le dénommé Rozec s’est révélé l’auteur d’un ouvrage sur Le IIIème Reich et les homosexuels. La quatrième de couverture annonce avec emphase qu’il est « diplômé en histoire de l’Université de Bretagne occidentale » – il n’est pas précisé quel est ce diplôme mais les demi-savants ont toujours été très fiers d’être « diplômés ». Un site spécialisé déplore « le manque flagrant de rigueur formelle et intellectuelle prévalant de bout en bout dans cet opus », ses « supputations hasardeuses », ses « erreurs historiques factuelles, sans parler d’une graphie lacunaire des noms propres ou des termes allemands ». En tout état de cause, nous sommes loin de la bataille de Poitiers. Le délégué Nau, enfin, m’avait laissé une certaine perplexité car, si la tête et le grimacement étaient exactement ceux d’un curé, l’imperméable faisait un peu trop bourgeois. Après recherche, nous avons affaire à un représentant de ce genre chauve-souris qui prolifère dans l’Église conciliaire à la même vitesse qu’y disparaît le sacerdoce, je veux dire un diacre permanent. Celui-là est professeur à l’université de Poitiers, centre très reconnu dans le domaine médiéval. Las, il y est professeur de biologie moléculaire – éminent biologiste, on n’en doute pas, mais que sait-il de 732 ? Que sait-il de la recherche historique ?

Veuillot accusait : « C’est depuis l’imprimerie, et grâce à l’imprimerie, que l’histoire est devenue une conspiration permanente contre la vérité ». Dans leur magnifique vidéo, les jeunes de Génération Identitaire proclament : « Nous avons fermé vos livres d’histoire pour retrouver notre mémoire ». L’histoire des demi-savants, des journaleux et des nouveaux manuels de l’Éducation nationale, l’histoire de Mme Lévy, du diplômé Rozec et du diacre Nau, est de fait une gigantesque conspiration contre la mémoire, une machine à tuer les peuples. Mais cette histoire n’est pas la vraie, celle qui se fait de première main sur les sources et les originaux. Un peu d’histoire éloigne de l’identité, beaucoup d’histoire y ramène.

Flavien Blanchon pour Novopress

Vous êtes libre de publier autant de commentaires que vous voudrez à propos de ce que vous voudrez, anonymement ou pas selon votre choix. Vous pouvez nous demander de retirer des informations que vous auriez publiées par erreur. Si c'est la première fois que vous écrivez un commentaire, il sera soumis à une approbation préalable. Si votre commentaire contient plus de deux liens, il sera soumis à une approbation préalable. La propagande hostile à ce site ou à la défense de la Race blanche ainsi que le pollupostage sont censurés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s