[Europe Résistance] Le Génocide par Substitution et Empoisonnement des Blancs en Europe, les Chiffres et les Prévisions

[Si vous appréciez cet article, nous vous invitons à lire également: L’Immigration Africaine de Race Noire en France]

Les Prévisions Démographiques du Futur de l’Europe

Berlin, le 26 septembre 2011. Source de l’article: NovoPress

Près de la moitié des enfants dans les grandes villes d’Allemagne vivent dans des familles immigrées. Après l’Angleterre, où un tiers des enfants nés en 2010 avait au moins un parent étranger , et l’Italie, où, en dix ans, le nombre d’élèves étrangers a augmenté de 400%, c’est d’Allemagne que viennent les dernières statistiques sur le grand remplacement de population en cours en Europe. Les chiffres qui viennent d’être publiés par l’Institut fédéral statistique de Wiesbaden, sur la base du recensement de 2010, révèlent que, dans les villes allemandes de plus de 500.000 habitants (il y en a 14, de Berlin, Hambourg et Munich à Nuremberg en passant par Francfort, Brême et Leipzig), 46% des enfants et des jeunes appartiennent à des familles issues de l’immigration. Par familles issues de l’immigration, on entend qu’au moins un des parents possède une nationalité étrangère ou a obtenu la citoyenneté allemande par naturalisation – définition qui inclut donc les mariages mixtes mais laisse de côté une bonne partie des immigrés de deuxième et troisième générations. La proportion est presque identique dans les villes de 100.000 à 200.000 habitants (comme Offenbach, Sarrebruck et Wurtzbourg). Elle est un peu plus faible (41%) dans les villes de 200.000 à 500.000 habitants (comme Bonn, Magdebourg et Mannheim). Dans les villes de 50.000 à 100.000 habitants, le taux est de 36,5%. Seules les campagnes sont encore un peu protégées : dans les bourgs de moins de 5.000 habitants, seuls 13% des enfants et des jeunes appartiennent à des familles immigrées. Dans l’ensemble de l’Allemagne, on en est à presque un enfant sur trois (31%). Cela fait deux points de plus par rapport au pourcentage de 2005, la première année pour laquelle cette statistique est disponible.

Source de l’information: NovoPress

11/10/2012 BERLIN – L’Allemagne est la plus vieille population d’Europe et la deuxième du monde, derrière le Japon, selon l’Office fédéral des statistiques Destatis. En 2010, seulement 13,5% de la population du pays avait moins de 15 ans. Concernant la part des personnes âgées, l’Allemagne arrive en tête en compagnie de l’Italie, avec 20,4% de la population ayant 65 ans ou plus. Outre-Rhin, seulement huit enfants naissent pour 1 000 habitants, soit le taux le plus bas au monde, selon Destatis. En 1964, naissaient encore 1,4 million d’enfants. En 2011, ils ne sont plus que 663 000 (et ce nombre intègre la surnatalité des immigrés non-européens). La tendance au vieillissement de la population de la première économie européenne va s’accentuer car le nombre de femmes en âge d’avoir des enfants se réduit. Cette catastrophe démographique pour l’Europe est à mettre en relief avec la forte fécondité des populations immigrées sur le vieux continent. Par exemple, en France, le site Marianne2 cite l’étude de l’économiste Michel Godet : « Partant du principe que deux des cinq millions d’immigrés ont déjà acquis la nationalité française et que 19 % des naissances ont au moins un parent étranger, il en déduit par extrapolation que 25 % des naissances au moins sont le fruit de l’immigration et 40% en Île-de-France ! ». Chiffres certainement sous-évalués si l’on tient compte des parents d’origine extra-européenne qui obtiennent massivement la nationalité française depuis des décennies.

 Source des informations: Office Fédéral de la Statistique, Suisse

Résumé du rapport:

– En 2010, 33% de la pop. suisse était d’origine étrangère, étrangers et fils d’étrangers tous confondus depuis 1960. Les enfants nés de mariages mixtes, 1 suisse + 1 étranger, depuis 1960 ne sont pas inclus dans les 33%.

– L’accroissement de population en Europe et en Amérique du Nord sera dû à l’immigration (sinon la population devrait diminuer d’après les taux de natalité inférieur à 1 enfant/femme en moyenne en Europe) et donc au remplacement de population.

– La population étrangère a un taux de natalité largement suppérieur à celui des autochtones et participe aux naissances de façon disproportionnée.

– Les Etats-Unis vont passer de 300mio à plus de 400mio d’hab.

– La France de 63 à 72 mio d’hab. en 2060 (politique d’immigration de masse).

Tous les pays du continent européen ont une diminution de la population. Mais elle est compensée par le solde migratoire.

– L’Allemagne passera de 82 à 70 mio en 2060.

– En 2060, il y aura 59 (71 dans les pays de l’Est!) personnes de plus de 65 ans sur 100 personnes, en Europe. L’Europe, est déjà le continent le plus âgé.

– La population de l’Afrique aura doublé, le Nigéria aura dépassé les USA en nombre d’habitants.

– Entre 2010 et 2050 la pop en Europe passe de 733 à 691 mio d’hab (-6%).

– L’Inde devient le pays le plus peuplé du monde.

– L’Europe reste le continent le plus agé du monde et devance les USA de presque dix ans d’age en moyenne.

– Le viellissement de la Chine est ultra rapide (du aux politiques de l’enfant unique) et en 2050 la population chinoise est en moyenne plus agée que la pop. américaine.

– Le nombre d’actifs qui travaillent dans les « services » ne cesse pas d’augmenter jusqu’en 2060 en Suisse (et probablement en Occident aussi).

– Le monde aura 9,1 mia d’hab. dont 2 en Afrique 5,2 en Asie 0.7 en A. du Nord, 0,5 en A. du Sud et 0.7 en Europe

Source de l’article: NovoPress

L’immigration est un problème européen. La solution ne viendra pas de l’Union européenne. La solution viendra du réveil des peuples européens

I) L’immigration est un problème européen.

Les chiffres:

Parlons de l’Union européenne (UE) à 15 : c’était en 2004, 385 millions d’habitants. Mais c’est chaque année de l’ordre de 2 millions d’entrées supplémentaires d’étrangers ; soit un demi pour cent de la population totale. Sans compter évidemment les naissances. Cette croissance de l’immigration est continue. Et elle s’accélère. Prenons simplement les chiffres officiels, évidemment discutables, d’Eurostat, pour l’Europe à 15. Voici l’évolution du solde migratoire, c’est-à-dire le solde des migrants auquel on soustrait celui des expatriés :

 -de 1960 à 1964, en moyenne annuelle, 215 000

-de 1975 à 1979, en moyenne annuelle, 280 000

-de 1985 à 1989, en moyenne annuelle, 427 000

-de 1995 à 1999, en moyenne annuelle, 664 000

-en 2000 : 1 095 000.

-en 2004 : 1 807 000.

Cette montée, apparemment inexorable, de l’immigration est camouflée dans les chiffres du nombre des étrangers par les naturalisations : 776 000 personnes en 2009 (+11% par rapport à 2008) dans les 27 pays de l’UE. Le Royaume Uni (204 000 personnes), la France (136 000) et l’Allemagne (96 000) étant les plus « naturalisateurs ».

Source des statistiques: EuroStat

L’explication de l’immigration par le différentiel démographique : haute et basse pression démographique

L’Europe est une zone de basse pression démographique : son taux de fécondité est de l’ordre de 1,5 enfant par femme. Le Maghreb a une fécondité supérieure à 2,1. L’Afrique sub-saharienne connaît, elle, une fécondité de 5 enfants par femme. Il faut ici insister sur le problème africain car c’est le problème majeur de l’avenir. Selon les travaux du démographe Bourcier de Carbon, le nombre des naissances de l’Afrique subsaharienne qui, en 1950, était encore comparable à celui de l’Union européenne dans ses limites actuelles, lui est aujourd’hui près de 7 fois supérieur : tous les ans, 33 millions de naissances contre 5 millions.

Les flux d’immigrants (réguliers et irréguliers) dans les pays de l’Union européenne en provenance de l’Afrique subsaharienne sont aujourd’hui essentiellement composés de jeunes adultes âgés de 20 à 40 ans et plus de 40% de ces flux sont désormais constitués de jeunes femmes de ces tranches d’âge. Les effectifs de ces jeunes adultes âgés de 20 à 40 ans sont donc appelés à doubler d’ici à 2040 en Afrique subsaharienne, passant de 250 millions à 500 millions en trente ans. Cela signifie – toutes choses égales par ailleurs, en particulier si la probabilité d’émigrer dans l’Union reste ce qu’elle est aujourd’hui – que la pression migratoire des jeunes adultes en provenance de l’Afrique subsaharienne sur les frontières de l’Union est appelée à doubler au cours des trois prochaines décennies.

Ce face-à-face de l’Europe (y compris la Fédération de Russie) ou de l’Union européenne avec l’Afrique subsaharienne peut donc se résumer ainsi en ce début du XXIe siècle :

– La zone la plus urbaine de la planète fait à présent face à la zone la plus rurale ;

– La zone la plus riche de la planète fait à présent face à la zone la plus pauvre ;

– La zone la plus stérile de la planète fait à présent face à la zone la plus féconde ;

– La zone où la vie est la plus longue fait à présent face à celle où elle est la plus courte ;

– La zone la plus âgée de la planète fait à présent face à celle où elle est la plus jeune ;

– La zone où le nombre des décès excède celui des naissances fait face à celle où la croissance naturelle de la population est la plus rapide.

Source de l’article: Polémia

En perspective, il apparaît qu’à la fin du XXIe siècle, les Européens de souche seront minoritaires sur leur continent. Représentant le quart de la population mondiale en 1900, ces Européens n’en constituent plus que le dixième. L’Europe est ainsi la seule région où la population aura diminué pendant le premier tiers du siècle. De plus, les prévisions montrent que, d’ici 25 ans, l’Allemagne aura perdu 10 millions d’habitants et la Russie 15 millions. Globalement, si l’Europe de l’élargissement (après la chute de l’Union soviétique) se dépeuple rapidement, l’accroissement naturel de la partie occidentale n’est que de 400 000 personnes par an (dont une proportion est issue d’une immigration) qu’il faut comparer au solde migratoire de l’ordre de 1,6 millions de personnes par an. La population européenne serait en passe « d’être remplacée sur un temps historique relativement court ».

Quel pays fêtera prochainement le 50°anniversaire de l’arrivée de travailleurs immigrés ?

Source de l’article: NovoPress

Il y a 50 ans, les premiers travailleurs Turcs sont arrivés en Allemagne. Personne ne les avait appelés. Personne ne les voulait. Des documents gouvernementaux allemands prouvent en plus que beaucoup des premiers Turcs à venir, étaient des délinquants, infiltrés avec la complicité de diplomates Turcs. Il n’est pas politiquement correct de dire la vérité. Aujourd’hui, ils passent pour un enrichissement. Mais cet « enrichissement » importé contre la volonté de la population allemande se fait aujourd’hui surtout remarquer en matière de criminalité, de haine des Allemands et dans les statistiques du chômage.

Quel pays fêtera prochainement le 50°anniversaire de l’arrivée de travailleurs immigrés ?Au plus tard en octobre de cette année, se tiendront en Allemagne des fêtes officielles comme autrefois en RDA. Alors, tout un pays rendra hommage aux Turcs qui seraient venus après la guerre pour reconstruire le pays. Quand nous examinons la vérité, il n’y a par contre rien à célébrer. Bien au contraire…

Pendant longtemps, politiciens et médias servirent aux citoyens de la république fédérale un merveilleux conte à propos de l’immigration : pendant les années 50, l’économie ouest-allemande serait allée à genoux chercher des ouvriers dans des pays comme la Turquie, le Maroc ou la Tunisie, à cause du manque de bras [dont elle souffrait]. Il est certes véridique qu’Italiens, Grecs, Espagnols et Portugais furent activement recrutés, mais ni les Turcs, ni les Marocains, ni les Tunisiens. Comment sont-ils donc venus en Allemagne? Un million de Turcs vivant aujourd’hui en Allemagne ne furent jamais invités par le gouvernement fédéral ou les entreprises du pays, ni désirés par les Allemands. Ne le saviez vous pas ?

Les Turcs et leurs associations motivent volontiers leur présence en république fédérale en tant qu’ouvriers indispensables à l’industrie. La vérité est qu’aucun gouvernement des années 50 à 70 ne voulait de travailleurs immigrés Turcs, Marocains ou Tunisiens. Ce n’est que sous la pression insistante des USA -l’Allemagne n’était alors pas un état souverain- que le gouvernement Adenauer accepta au début des années 60 quelques petits contingents de travailleurs Turcs, provisoirement, comme « travailleurs hôtes » (Gastarbeiter) pour soulager provisoirement le gouvernement militaire Turc alors en difficultés (la Turquie était alors un allié proche des USA). Faire venir de tels travailleurs ne fut toujours envisagé que comme une mesure provisoire, et toujours contre la volonté du souverain, le peuple allemand. En mars 1956, une étude de l’institut de sondage d’Allensbach montra que 55% des citoyens du pays étaient contre le venue de « travailleurs hôtes ».

Alors que le Ministère de l’Intérieur allemand ne souhaitait pas de regroupements familiaux pour les familles turques et souhaitait s’en débarrasser au plus tard au bout de deux ans, des officines turques ont dépensé une énergie criminelle à faire venir toujours plus de Turcs en Allemagne.

Heike Knortz – Diplomatische Tauschgeschäfte (Les échanges diplomatiques)

Heike Knortz cite ainsi une façon de faire du Consulat général turc de Munich qui consistait, lorsqu’il détenait des autorisations de séjour provisoires et limitées dans le temps, à les étendre en y incluant épouses et enfants, tout en confisquant les passeports sans visas de ces femmes immigrées illégalement…

L’auteur décrit également comment, jusqu’en 1962, à côté des Turcs non désirés, quelques 4000 Marocains arrivés illégalement sous prétexte de tourisme, furent également acceptés de manière transitoire. Dans ce livre se trouve également un fac-similé d’un courrier du secrétaire d’état du Ministère des Affaires étrangères de 1965 au Dr Wilhelm Claussen, secrétaire d’état au Ministère du travail, et qui nous ouvre les yeux. Le gouvernement tunisien exerça à l’époque un chantage contre celui de la république fédérale : soit vous, Allemands, vous contribuez à nous aider à baisser notre fort taux de chômage en acceptant la venue de nos chômeurs chez vous, soit nous, Tunisiens, nous ne soutenons plus votre position concernant Israël dans le conflit proche-oriental…

En France

Source de l’article: Fdesouche

Jean-Paul Gourévitch, expert reconnu de l’immigration africaine dans l’hexagone, qui dans son dernier livre (Les Africains de France, Acropole), chiffre à 7 millions les musulmans présents dans notre pays. Il estime, “sur la base actuelle d’un quasi doublement tous les quinze ou vingt ans”, que le “nombre des musulmans dépassera les 40 millions de résidents au milieu du XXI ème siècle, soit plus de la moitié de la population française de l’époque”. Selon lui cette évolution “devrait aboutir à une transformation de la société française.” Bel euphémisme…

Source de l’article: RiaNovosti

En Russie

[Remarque d’Europe Résistance: la Fédération de Russie est composée de différentes populations dont toutes ne sont pas de race blanche, même si les blancs représentent la majorité avec 116 millions de Grands russes sur 142 millions. Or l’auteur de l’article ne dit pas de quelles races sont les naissances, qui pourraient très bien venir de façon disproportionnée des minorités non-blanches, comme c’est le cas aux Etats-Unis d’Amérique. La Russie est cependant un cas intéressant, car ce pays contrôle son immigration contrairement à l’Europe occidentale, ce qui eut pour conséquence une diminution sa population durant des années puisque aucune substitution par des étrangers n’a pu se faire. Depuis l’an 2010, il semble que la population blanche (slave) baisse de manière mois rapide qu’avant, mais la baisse continue…]

En décembre dernier, j’écrivais dans une tribune intitulée : « La démographie russe objet de tous les fantasmes » que contrairement à l’idée globalement véhiculée par le mainstream médiatique [comprendre: les médias de ZOG]; la Russie n’est pas en train de disparaître, en tout cas pas plus que de nombreux pays d’Europe.

Ces dernières années il a en effet été très fréquent de lire çà et là que la crise démographique russe était telle que le pays pourrait ne pas s’en remettre et que la disparition pure et simple de la population russe était en cours. La Russie, nous disait-on, perdait à un rythme de croisière approximativement 800 à 900.000 habitants par an et devait voir sa population tomber à 100 millions d’habitants vers 2050. L’ONU prédisait même en 2008 que la population de la Russie devrait tomber à 132 millions en 2025 et 116 millions en 2050. Plusieurs éléments permettent néanmoins de penser que cela ne se produira pas.

A la chute de l’URSS, l’effondrement de la natalité et l’explosion de la mortalité ont créé un creux démographique sans précédent pendant 25 ans, soit une génération. Dès 1992 la mortalité dépasse la natalité. En 1999, avec 1.214.689 naissances et 2.144.316 décès, la perte nette de population est de 929.627 habitants. Le taux de fécondité cette année-là est de 1,17 enfant par femme alors qu’il était de 2,01 enfants par femme en 1989.

Dès les années 2000, le nombre de naissances va doucement remonter, mais la mortalité reste élevée, empêchant toute hausse de la population, malgré l’immigration. En 2005, 1.457.376 naissances ont lieu en Russie et 2.303.935 décès, soit une perte naturelle de population de 846.559 habitants. L’année 2005 est la 5ème année de stabilisation économique en Russie, ainsi que le début du second mandat de Vladimir Poutine. C’est aussi l’année de lancement du plan démographique et aussi d’un programme d’aide à la natalité. Les mamans se voient désormais attribuer des aides financières et matérielles destinées à les inciter à faire des enfants dans de meilleures conditions.

Les résultats seront très positifs. En 2010, 1.788.948 bébés verront le jour en Russie, et avec 2.028.516 décès la perte nette de population est de 240.000 habitants. Ces chiffres sont en outre pénalisés par l’exceptionnelle canicule de l’été 2010 qui a entraîné une surmortalité de près de 50.000 personnes. Sans cet évènement climatique la baisse naturelle de la population aurait pu être de « seulement » 200.000 habitants. Le recensement d’octobre 2010 a permis en outre de réévaluer à la hausse la population de la fédération de Russie, puisque selon les décomptes, la population au 01 janvier 2011 se monterait officiellement à 142,9 millions d’habitants, soit 1 million de plus que ce qui était estimé jusque là.

Pour l’année 2011 les chiffres de janvier à avril sont disponibles. Ils confirment la tendance entamée depuis 2 ans à savoir que la natalité devrait rester élevée (l’année devrait voir plus de 1,7 million de naissances), tandis que la mortalité est en baisse. Ainsi, pour la première fois depuis 1998 le nombre de décès devrait passer sous les 2 millions. Rappelons que la baisse du nombre de décès est la seconde étape du plan démographique, la première étant la hausse du nombre de naissances. La baisse naturelle de population devrait donc pour cette année s’établir autour de 200.000 habitants, contre 290.000 en 2009 et 240.000 en 2010. En 2009 l’immigration a en outre permis à la population russe d’augmenter de 25.000 habitants et de « seulement » diminuer de 50.000 habitants en 2010.

Depuis 2008 la population russe est donc globalement en voie de stabilisation. Le taux de fécondité pour 2010 est approximativement estimé à 1,54 enfant / femme ce qui correspond à peu près au taux médian au sein de l’union européenne, et est supérieur à celui de nombreux pays comme par exemple l’Allemagne ou l’Italie dont on n’annonce pourtant pas la disparition programmée pour le milieu du siècle. Symbole de cette prise de conscience que la Russie existera encore dans le futur, le bulletin démographique 2010 révisé de l’ONU prend en compte ces nouvelles évaluations et projette dans sa variante « moyenne » une population en Russie de 139 million en 2025 et 126,2 millions d’habitants en 2050. Ces nouvelles estimations de l’ONU sont plus en phase avec le scénario démographique prévu par l’institut russe de statistiques Rosstat qui dans son scénario démographique médian pour le pays envisage une population de 140 millions d’habitants en 2025 et 139 millions en 2030. Mais ces estimations paraissent prudentes dans la mesure où l’impact de l’immigration est sans doute encore largement sous estimé en Russie et le sera sans doute dans les années à venir.

Que devrait-il se passer? Dans les prochaines années le nombre de femmes en âge de procréer va lentement diminuer, effet de structure de la pyramide des âges russe. Il y avait en 2010 par exemple 2,56 millions de femmes de 22 ans, 2,23 millions de femmes de 20 ans, 1,84 million de femmes de 18 ans et 1.68 million de femmes de 17 ans. Seul un taux de fécondité à la hausse pourrait compenser la baisse logique du nombre de naissances, due au plus faible nombre de jeunes mamans russes en âge de procréer. La hausse souhaitée du taux de fécondité à 1,6 ou 1,7 enfant par femme, couplée à la réduction de la mortalité en cours (amélioration des infrastructures et changement de génération) devrait donc théoriquement permettre de réduire le gap entre le nombre des naissances, qui ne devrait plus trop augmenter désormais, et le nombre de décès qui lui devrait sérieusement diminuer. Mais seule une immigration d’approximativement 200 à 250.000 personnes / an devrait pouvoir empêcher la population de numériquement décroître. Ces chiffres sur l’apport migratoire sont également ceux fixés pour le scénario démographique de l’institut statistique Rosstat, dans sa version basse, pour arriver à cette population de 139 millions d’habitants en 2030.

Le Japon est le pays le plus âgé du monde

[Remarque d’Europe Résistance: le Japon est un cas intéressant, car c’est un autre pays développé qui évite l’immigration d’étrangers. Sa population diminue, comme celle de la Russie (jusqu’en 2010), qui elle aussi limite strictement (mais moins que le Japon) l’immigration d’étrangers. 98,4% de la population du Japon est Japonaise]

Source de l’article: Patho108

La défaite du Japon dans la deuxième guerre mondiale a permis l’installation d’un régime parlementaire [comprendre: un Protectorat américain] qui a décrété en mai 1948 des lois légalisant l’avortement […] le taux de natalité au Japon a baissé de 34,3 % [en 1948] à 16.9 % en 1961.

Ratio de dépendance du japon

Commentaire d’Europe Résistance

La chute de la fécondité des blancs, qui débuta au début des années soixante est due principalement aux politiques de propagande et de distributions de moyens anticonceptionnels mis en place par ZOG à travers le monde dès la Révolution française en 1793. Il est de notoriété publique que la Juiverie et la Franc-Maçonnerie furent à l’avant garde de ces politiques comme elles s’en vantent d’ailleurs; la plupart des docteurs, et hommes politiques qui mettront en place les politiques abortives et eugénistes (éradication des hommes mal formés) dans le monde seront Juifs, ils purent compter sur leurs serviteurs Francs-Maçons pour dépénaliser et légaliser la contraception partout. Il est intéressant de relever que depuis l’Antiquité, le premier pays à avoir dépénalisé puis légalisé l’avortement fut l’Union Soviétique, (c’est Lénine qui le fit en 1920) ce qui n’est pas étonnant pour un régime politique qui fut inspiré et fondé par la Judéo-Maçonnerie.

À cela il faut ajouter une stérilité et des déformations sexuelles toujours plus importantes depuis les années soixante chez les hommes, cela est est observé par les médecins particulièrement par la diminution de plus de 50% du nombre de spermatozoïdes observée chez les hommes des pays développés de 1950 à 2000.  Les perturbateurs endocriniens qui polluent la nourriture et l’eau en sont la cause. Des millions de tonnes d’hormones féminines (oestrogènes) utilisées en masse pour les pilules abortives, les pilules contre la ménopause et d’autres « médicaments », ou encore pour l’élevage des animaux; ne sont pas dégradées par les stations d’épuration des eaux, seul un filtrage spécifique (comme l’osmose inverse) peut filtrer l’eau de cette pollution (cependant, un filtrage aussi serré fait perdre beaucoup de nutriments à l’eau, qui seront en conséquence, à acquérir ailleurs), ce qui est possible pour des particuliers mais trop cher pour être un service public selon les autorités des pays développés. De plus, une intense pollution chimique des cours d’eau et de la nourriture issue de l’agriculture qui utilise des engrais chimiques ainsi que les métaux lourds contenus dans la chair des animaux d’élevage vaccinés a aussi une certaine influence, bien que personne ne soit encore capable d’évaluer exactement à quel degré d’importance. Mais les perturbateurs endocriniens peuvent aussi être issus des produits à base de pétrole. On sait par exemple que le plastique d’une bouteille commence de se mélanger à l’eau six mois après la mise en bouteille. Ou que le téflon des poêles qui a tendance à se décoller avec les années est lui aussi toxique. Même les parois plastifiées de certaines boîtes de conserves peuvent se mélanger à la nourriture (cela tend à disparaître du fait de nouvelles matières utilisées). En règle générale, tout ce qui est composé de plastique aura tendance à se mélanger aux aliments lorsqu’il sera chauffé, même si les risques sont beaucoup moins grands pour la nourriture en comparaison des liquides. La pollutions des cours d’eau par les hormones est impressionnante. Dans le Rhône, à la sortie de la ville de Lyon, il a été trouvé des populations de poissons composées de 95% de femelles, 2% de mâles et 3% d’androgynes !

Certes, la baisse de la virilité en Europe à la fois dans la santé de la population (perturbateurs endocriniens) mais aussi dans la société post-chrétienne (idéologie révolutionnaire, hédoniste, égoïste, anti-blancs, pro-métissage, anti-enfants, homosexuelle, etc.) n’est en comparaison avec la contraception généralisée que peu responsable de la chute de la natalité des blancs en Europe. Cependant, n’oublions pas que la dévirilisation due à cette politique révolutionnaire, détruisant la famille (socle, et base de la société) joue tout de même un rôle dans la baisse de la natalité. Et il semble que le futur aura tendance à augmenter le rôle des perturbateurs endocriniens dans le génocide de la race blanche; comme en témoigne cet article par exemple:

Paris, le 28 septembre 2011, source de l’article: NovoPress

Alors qu’après des années de tergiversations, les autorités ont finit par reconnaître la dangerosité et la nocivité du Bisphenol A, un nouveau scandale sanitaire pourrait voir le jour. En effet, d’après une étude menée conjointement par des chercheurs suisses et allemands, de nombreux aliments pourraient être contaminés par l’encre des boîtes en carton qui les emballent. C’est l’association de consommateurs UFC-Que choisir qui a rendu public ces inquiétantes informations. Selon l’étude scientifique réalisée sur une vingtaine de produits de consommation courante comme le riz et les pâtes, des dérivés pétroliers présents dans les encres et les cartons d’emballage contiendraient des huiles minérales susceptibles d’être dangereuses pour la santé humaine. Ces huiles sont en tout cas gravement nocives pour les animaux sur lesquels elles ont été testées. Plusieurs des produits testés ont révélé des teneurs en produits chimiques supérieurs aux normes sanitaires notamment le couscous Tipiak et la chapelure Leader Price, qui seraient au-dessus de la norme internationale des doses maximales recommandées.

Certaines professions ou mauvaises habitudes de vies sont aussi responsables de la stérilité croissante des hommes. On sait que les chauffeurs, les ingénieurs au contact de la radioactivité (qui a pour effet de détruire les cellules), les sportifs dopés, et les hommes qui sont trop exposés au ondes d’appareils électroniques (y compris de simples ordinateurs connectés par ondes ou des téléphones portables trop longtemps portés contre soi), on beaucoup plus de risques d’être stériles ou cancéreux. Le futur dira si ces risques provoqueront des troubles majeurs ou pas dans la population.

Qu’adviendra-t-il de la race blanche à ce rythme, et cet état des choses pourrait-il changer subitement ?

La probabilité d’une immense invasion métèque

Le génocide des peuples blancs s’est vraiment accéléré à partir du moment où les moyens contraceptifs furent répandus en masses par les Gouvernements (1960) si bien que les prévisions parlent des premiers pays d’Europe où les blancs seront peut-être en minorité (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne) vers 2050. Étant donné que rien n’est actuellement entrepris en Europe pour contrer ce phénomène, bien au contraire, chaque jour qui passe de nouvelles manières de détruire la race blanche et de l’entraîner dans la décadence, sont inventées et mises en pratique; il semble qu’il n’y ait aucun espoir pour une remontée naturelle du taux de natalité des blancs (en général, et à moins d’un changement radical des politiques gouvernementales). Malheureusement pour l’Europe cela correspondra précisément aussi à une période où l’Afrique devrait subir de violentes sécheresses et un manque de nourriture persistant cela du fait de l’augmentation des températures, de la population, et de la réduction des pluies qui commence seulement d’être ressentie en 2011 mais que l’on observe depuis maintenant un siècle (que ce réchauffement climatique soit dû à l’homme ou pas ne change rien au constat d’ailleurs). Or, d’après les calculs, en 2050, les températures globales auront augmenté de deux degrés, ce qui sera peu en Europe, mais pourrait être dévastateur dans d’autres régions du monde (une élévation de plus de un degré de la température peut anéantir une récolte de riz, par exemple, le Japon cherche déjà à mettre au point de nouvelles sortes de riz pour éviter une pénurie de nourriture). Et qui sait si les deux milliards d’Africains prévus pour 2050 ne seront pas tentés d’émigrer en masses dans les campagnes désormais désertes et accueillantes de l’Europe de l’Ouest ? À condition que les européens (qui seront déjà à moitié décimés en Europe de l’Ouest d’après les prévisions) les laisseront faire, ce dont on ne peut rien savoir. Mais si un tel scénario devait se produire, il faut supposer qu’il ne pourrait plus rester en Europe de l’Ouest que des communautés blanches minoritaires, composées des tous les irréductibles qui ne se seraient pas laissés métisser, ou détruire d’une manière ou d’une autre.

Il faut savoir aussi qu’avec un taux de natalité de 1,4 enfant par femme, en 100 ans, la population diminue des deux tiers. Or, l’Europe a une moyenne de 1,2 enfant par femme… En 1910, l’Europe comprenait 1/4 des habitants de la Terre et était le continent le plus peuplé en densité d’habitants (l’Asie avait alors 24hab/km2 tandis que l’Europe avait 46hab/km2). En 2010, L’Europe contient 12% de l’humanité. Et il est estimé que si sa natalité ne change pas, elle contiendra 7% des habitants de la Terre en 2050.

La probabilité du la mise en place d’un gouvernement totalitaire (Nouvel Ordre Mondial) sur toute l’Europe de l’Ouest

Cela fait maintenant plus de deux siècles que les objectifs avoués de la Franc-Maçonnerie de mettre en place un Etat mondial progressent. Il n’est plus un jour qui passe sans que de nouvelles lois et accords internationaux achèvent de détruire l’Ordre chrétien pour bâtir celui de la « modernité » et de « l’humanisme », autrement dit le règne parfait de Satan sur la Terre la société entière sous son contrôle. Les révolutionnaires sont d’ailleurs tellement persuadés d’atteindre leur but qu’ils ne prennent même plus la peine de cacher leurs plans comme ils avaient pu le faire auparavant, quant on les accusait de vouloir la destruction des Nations à l’exception de la juive. Qu’on le veuille ou pas, c’est malheureusement la direction vers laquelle tend le monde: la centralisation politique et économique vers le contrôle étatique total de la société et de la propriété: le totalitarisme. Or, en si tel devait être le cas de l’Europe dans quelques années, cela aurait peut-être aussi un impact important sur la natalité des Blancs.

Car, on ignore souvent à quel point l’avancée de la science génétique est allée. Certains laboratoires se vantent d’avoir réussit à faire grandir des embryons hors du corps maternel jusqu’à six mois. Et dans quelques années tous ces scientifiques sont persuadés qu’il parviendront à faire naître artificiellement des enfants [voir le livre « L’Homme Artificiel » du Dr. Dickès] hors du corps de la mère. Or, si cela s’avérait possible, il ne faudrait certainement pas attendre longtemps avant que de telles pratiques soient autorisées puisque aucune loi morale ne saurait résister longtemps aux appétits commerciaux ou vicieux (beaucoup de femmes éprises du rêve de jeunesse éternelle et de sensualité ne veulent plus porter d’enfants pour ne pas souffrir d’une grossesse ou pour « garder leur ligne » par exemple) dans une société libérale dont les gouvernements devraient faire face à une natalité pratiquement nulle. Évidemment, pour convaincre la population qui serait encore réticente, il serait fort probable que ces gouvernements s’assureraient le contrôle de ce qui serait alors une véritable production industrielle de nouveaux nés. On en arriverait alors à une société contrôlée de la naissance à la mort par l’Etat exactement comme le craignait l’auteur d’anticipation Aldous Huxley dans son roman « Le Meilleur des Mondes ». La natalité (artificielle) des blancs remonterait peut-être, mais à quel prix ? Au prix de la liberté et de l’Ordre naturel. Seul subsisterait certaines communautés hors des territoires contrôlés par le NOM qui pourraient alors rester libres encore que ce ne soit pas certain.

Population des pays d’Europe en millions d’habitants en 2011

Indice de fécondité dans plusieurs pays d’Europe en 2005

4 réponses à “[Europe Résistance] Le Génocide par Substitution et Empoisonnement des Blancs en Europe, les Chiffres et les Prévisions

  1. Je suis d’accord avec cet article , néanmoins pour ce qui est du premier paragraphe , vous présentez les familles immigrés en Allemagne sans préciser si elles sont issues de populations blanches européennes ou non . Je trouve cette différence importante car , à titre personnel , je ne suis pas dérangé par l’immigration de blanc en Europe . Lorsque je vois des personnes cracher sur les immigrés espagnols / italiens blancs du début du siècle dernier , je trouve cela affligeant car cela est du à la politique de nationalisation perverse des pays actuels , qui a pour doctrine  » le territoire avant la race  » . Dans la vie , on se bat pour sa famille avant de se battre pour sa maison , et je pense que cela doit être pareil pour la race .

  2. Il ne s’agit même plus de race, ou de territoire ça va bien plus loin maintenant. Un nègre peut entrer dans votre foyer et vous insulter, on a peur à cause de la police et des blancs complices, de buter ce fils de pute de singe, de peur que l’on finisse en prison, à cause des lois “humanistes”. Le singe est devenu intouchable; les races primitives, arriérées comme les noirs sont devenues comme des dieux dans cette Babylone juive.
    Maintenant c’est carrément à nous de nous excuser, de demander pardon, de faire repentance à des gens complètement attardés, et c’est le même exemple avec les putains d’homosexuels. intouchables, inattaquables, race protégée. on ne peut rien leur dire; immédiatement on est “homophobe” et les “blancs” nous tombent dessus.
    Les nègres homosexuels, la pire des races combinées; et même ça hélas j’en ai rencontré. on voudrait les tuer, pas de père à la maison; des bamboulas au chômage de frère en frère; une maman prostituée.
    et tout ça c’est naturalisé “Fwançais”.
    Et vas y que j’te fais la leçon sur le nazisme à tout va; vas y que je crache sur la race blanche; vas y que j’te parle de colonisation et d’esclavage et de repentance obligatoire; vas y que j’insulte les blancs; vas y que je pense que tous les hétéros sont des homos refoulés… mais dis moi sale nègre, fils de pute, sale bamboula, qu’est ce que tu fous chez moi ??
    C’est cette Europe DEGENEREE qu’on nous impose aujourd’hui; avec la négresse Taubira à la Justice… Avec Hollande tout mou comme Président, avec Le Pen comme alternative
    Vivement la fin de tout ce CIRQUE…

    • Le bougnoules te répondront : on est chez toi pour t’enculer et ça fonctionne bien. Maintenant va payer tes impôts de solidarité sociale et laisse-nous dormir.

Vous êtes libre de publier autant de commentaires que vous voudrez à propos de ce que vous voudrez, anonymement ou pas selon votre choix. Vous pouvez nous demander de retirer des informations que vous auriez publiées par erreur. Si c'est la première fois que vous écrivez un commentaire, il sera soumis à une approbation préalable. Si votre commentaire contient plus de deux liens, il sera soumis à une approbation préalable. La propagande hostile à ce site ou à la défense de la Race blanche ainsi que le pollupostage sont censurés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s